Création de la Fondation &+ sous égide de la Fondation Entreprendre

Fin 2016, Arnaud de Ménibus, Catherine Canovas et David Ringrave, membres d’Entreprendre&+, ont décidé de créer une Fondation &+ sous égide de la Fondation Entreprendre, en complément d’Entreprendre&+.
Cette fondation abritée a pour objectif de soutenir de jeunes entreprises sociales et innovantes. Acteurs de terrain, celles-ci doivent pouvoir se démultiplier et devenir des  acteurs de référence dans leur domaine.
Catherine Canovas et David Ringrave ont accepté de parler de leurs parcours d’entrepreneur(e)s et de leur engagement en tant que philanthropes.

 

Présentez-vous brièvement. Quel a été votre parcours d’entrepreneur ? 

Catherine CanCatherine Canovasovas : Après Sciences Po, J’ai fait la plus grande partie de ma carrière dans l‘univers du luxe et de la cosmétique : de la création/développement de marque pour un grand groupe comme directrice marketing international à la direction générale de PME sur des aspects développement/contrôle de gestion voire redressement pour la dernière que j’ai accompagnée.
Parallèlement, je suis administrateur d’un groupe familial et directeur général de la holding. J’assure également des activités de conseil.

 

David RingDavid Ringraverave : J’ai co-fondé avec Anthony Ravau en 2005 l’agence My Media, 1ère agence media en France.
12 ans après, l’agence a bien grossi avec le gain de nombreux clients (Century 21, Système U, Zalando, Gaumont, Vistaprint…), par joint-ventures ou rachats. Nous avons constitué un groupe de services marketing réunissant en plus une agence de publicité, EGGS, et la première agence de conseil SEO en France, Search foresight.
Mon métier est très enrichissant car il me donne la possibilité de réfléchir sur des problématiques marketing très diverses, de rencontrer des interlocuteurs variés. Je travaille avec beaucoup de start up et pure players Internet comme Mano Mano, Tripadvisor, Showroom Privé ou Beauté Privée, que j’accompagne sur leur stratégie media et l’acquisition de clients.

 

Quel a été votre parcours d’entrepreneur ?

Catherine : Par ces fonctions de direction, j’ai pu appréhender toutes les problématiques propres à un entrepreneur : structuration de son activité, développement en vue d’une revente, problème de gouvernance, constitution d’une équipe… Mais l’expérience que j’ai trouvée la plus formatrice et intéressante humainement fut, lorsqu’à 48 ans, on me confia la direction générale d’une PME au bord du dépôt de bilan. J’ai compris la solitude de l’entrepreneur et l’agilité nécessaire pour résoudre des problèmes différents chaque jour sans pouvoir s’appuyer sur telle ou telle ressource interne comme dans un grand groupe. On devient un véritable « couteau suisse ». Aussi quelle satisfaction quand cette entreprise a retrouvé, 10 ans après, un résultat positif avec un chiffre d’affaires multiplié par dix. C’est une expérience que je mets désormais au service d’autres entreprises en assurant des missions de conseil.

 

David : Mon parcours entrepreneurial a commencé relativement tard car il fallait que je prenne confiance en moi et ose sortir des sillons classiques qu’on se fixe quand on suit un parcours académique type grande école de commerce. Mon MBA à New York en 2000 m’a donné l’envie et l’énergie d’entreprendre, et après une expérience alimentaire mais décevante dans le conseil en stratégie, j’ai découvert le premier frisson de l’entrepreneur en éditant un beau livre de photo en 2002 alors que j’étais responsable marketing chez Pathé Distribution. Succès d’estime mais mitigé commercialement… cela a eu la vertu de démystifier l’échec et d’apprendre de ses erreurs !
Le virus est inoculé et reste latent. Création en 2003 d’une petite agence de publicité spécialisée dans le lancement de films, labelcom qui réalise notamment l’affiche de Brice de Nice ou Oss117 et vie de salarié satisfaisante chez le leader du conseil media à l’époque, Aegis Carat, prêt à surfer une vague entrepreneuriale si elle se présente.
2005 commence l’aventure qui m’occupe à plein temps encore aujourd’hui : de 4 personnes à 130 collaborateurs, d’un client à plus de 200. Depuis 10 ans, j’investis et conseille des entrepreneurs en tant que business angel.

 

Comment avez-vous connu Entreprendre&+ ?

Catherine : C’est Arnaud de Ménibus, son fondateur qui est aussi un ami de longue date qui m’en a parlé. L’enthousiasme avec lequel il évoquait les projets accompagnés et la formidable motivation des jeunes porteurs de projets m’a totalement convaincue.

 

David : Alors que je suivais une formation sur le développement durable il y a 2 ans auprès de l’Institut des Futurs Souhaitables, j’ai découvert l’initiative très inspirante de Ticket for Change. Et quelle n’est pas ma surprise quand sur une vidéo de présentation, je découvre le visage familier d’Arnaud de Ménibus, mécène de la première heure de cette belle aventure. C’est en fait un autre visage de l’homme d’affaires que je vois régulièrement depuis quelques années lors de boards d’une start up où nous étions tous deux investisseurs : la démarche à la fois humaniste et humble d’Arnaud m’a séduit et je me suis dit que j’avais envie de m’engager à ses côtés.

 

Quelles sont les motivations de votre engagement au sein de la Fondation&+ ?

Catherine : C’est pour moi le bon moment après une vie professionnelle bien remplie mais très axée « business ». J’ai envie désormais d’être utile aux autres, de donner du sens à cette expérience, de découvrir cet environnement que je ne connais pas et qui m’apparaît passionnant. Au travers de mon engagement dans la Fondation&+, Je souhaiterais accompagner des projets destinés aux femmes ou portés par des femmes, consciente des difficultés et des freins qu’elles peuvent rencontrer pour se lancer. Engagement que nous partageons avec la Fondation Entreprendre qui vient de lancer son programme Des Elles pour entreprendre afin de contribuer au développement de l’entrepreneuriat féminin en France.

 

David : J’aime assez l’idée très anglo-saxonne de rendre à la société qui nous a donné une chance de réussir. Il y a quantité de fondations ou associations à qui donner de l’argent et du temps…
Participer humblement à l’innovation sociale et promouvoir l’entrepreneuriat social dans notre pays résonnent avec mon parcours et mon caractère : donner généreusement à des jeunes pousses talentueuses et ambitieuses, avec une exigence d’impact social et de business model pérenne.
Contribuer à la Fondation&+ exploite aussi utilement ce que j’ai à offrir : mon expérience et mes compétences managériales.
Le partage d’expérience fait gagner du temps. Je l’ai réalisé encore plus fortement en accompagnant quelques entrepreneurs : être passé par les mêmes chemins et péripéties rend le conseil plus pertinent, rassurant et utile pour déjouer les embûches. De plus, un entrepreneur manque parfois de recul sur tout ce qui lui arrive tellement il a de choses à gérer, il n’a parfois pas toutes les compétences de gestion et est souvent bien seul. Le modèle de la Fondation&+ n’est pas seulement de donner des moyens financiers, mais aussi du temps d’accompagnement et j’y crois beaucoup. En œuvrant pour que de belles réussites comme Ticket for Change se multiplient et soient médiatisées, je souhaite que ce type de mécénat séduise d’autres entrepreneurs et change notre société et le regard de la société sur le rôle de l’entrepreneur.

Previous Post