Témoignage d’une philanthrope : Éléonore Patry

Éléonore Patry a rejoint Entreprendre&+ fin 2019. Philanthrope, elle mentore également l’association TADAM (anciennement CeQueJeVeuxFairePlusTard) depuis maintenant un an. Retour sur ses motivations et son engagement au sein d’E&+.

Éléonore, tu as rejoint Entreprendre&+ il y a maintenant un peu plus d’un an, Peux-tu te présenter brièvement ?

Je suis issue d’une famille d’entrepreneurs, mon grand-père, mon père puis aujourd’hui mon frère et mon mari ont dirigé ou dirigent une entreprise. Ce groupe familial est aujourd’hui devenu un des leaders de son secteur dans les services aux entreprises.

Très jeune, mon père me disait “entreprends et tu seras libre ”.

C’est ainsi que j’ai lancé ma première entreprise sur le marché des coffrets cadeaux. Quelques années plus tard, je l’ai revendu au groupe Aquarelle.com. Après quelques mois où j’ai travaillé comme consultante digitale dans le tourisme à Paris, j’ai repris une entreprise dans les parfums d’intérieurs cette fois-ci. Elle me permet de donner libre cours à ma créativité notamment en développant des objets parfumés.

 Quelles ont été tes motivations profondes pour rejoindre E&+ ?

Pour moi Entreprendre&+ c’est une histoire de coup de cœur pour l’innovation dans la philanthropie. En effet j’ai rencontré Arnaud de Ménibus, le fondateur d’Entreprendre&+ et j’ai été véritablement séduit par sa démarche. Il était un des premiers à développer cette approche de la philanthropie. C’est mon père qui a fini de me convaincre par son enthousiasme.

A ce moment-là, je cherchais à m’impliquer. Je faisais déjà du coaching pour les incubateurs de la Ville de Paris et de la région Île-de-France ainsi que pour le Welcome City Lab. J’ai été séduite par l’approche défricheur d’innovation sociale portée par Entreprendre&+, j’ai donc décidé de m’engager à leurs côtés. J’aime beaucoup le coaching des projets en développement, c’est très nourrissant pour moi et pour le développement de mes projets.

Si je remonte plus loin, je pense que j’ai toujours eu une forte fibre sociale. Ça fait longtemps que je pense qu’une entreprise est là pour changer le monde à sa propre échelle donc plus elle est liée à un impact social et environnemental, plus cela a de sens. Pour qu’une association fonctionne c’est la même chose, il faut qu’elle adopte une dynamique entrepreneuriale. 

Serial entrepreneure, tu mentores également une entrepreneure, Marina Barreau, DG de Tadam. Comment vois-tu ton rôle ? Que retires-tu de cette expérience ?

Mon rôle, je le vois comme un prisme extérieur sur son projet. J’essaye volontairement de ne pas trop m’impliquer dans le quotidien de l’association pour garder une plus grande objectivité surtout dans un projet où l’aspect affectif peut vite embarquer.

Comme toute dirigeante, Marina est confrontée aux tracas quotidiens d’une PME, j’essaye de l’aider à se préserver. Ayant développé plusieurs entreprises, je suis bien placée pour savoir que développer des projets de zéro, cela demande beaucoup d’énergie et que l’on peut se mettre à risque. Dans ce cas-là, le dirigeant est le premier moteur mais peut aussi être le premier frein.

Je l’aide également sur l’aspect trésorerie car je sais que cela peut être très stressant. L’objectif c’est qu’elle soit plus sereine et qu’elle puisse consacrer plus de temps à la gestion de l’équipe. 

C’est une expérience très enrichissante qui permet de très belles rencontres avec des projets aussi beaux que la personne qui la dirige !

Par ailleurs, tu as souhaité t’investir dans le développement d’Entreprendre&+ quels seraient les messages que tu aurais envie de faire passer pour donner envie à d’autres de nous rejoindre ?

Il ne faut pas hésiter, Entreprendre&+, c’est une aventure géniale. C’est une alliance d’entrepreneurs qui viennent d’horizon très différents, avec des profils très variés, ce qui en fait une très grande richesse. Les projets sélectionnés sont de grande qualité, porteurs d’une belle émulation entrepreneuriale qui en grandissant va contribuer à faire changer le monde à son échelle.

L’entrepreneuriat social concerne souvent de jeunes générations. Ce qui est intéressant ici c’est le mix des générations que ce soit des mentors ou des mentorés. Chacun grandit au contact de l’autre.

L’intérêt d’Entreprendre&+ c’est aussi la pluralité des projets : certains ont une dimension sociale, d’autres environnementale, certains ciblent la jeunesse, d’autres les personnes handicapées, réfugiées… J’ai entièrement confiance en la sélection – je suis plus sensible aux projets concrets, opérationnels portés sur les bénéficiaires directs – mais je sais aussi que des projets plus systémiques permettront un véritable changement de société.

 

Publié le 22 mars 2021